BARBET FRANCAIS
 
  ACTUALITE
  OLD BLOODLINES .FR
  OLD BLOODLINES.ENG
  LAISSEZ NOUS UN PETIT MOT
  ELEVEURS
  AMOUREUX DE LA RACE
  ETALONS
  PEDIGREE
  PORTEES
  SANTE
  TOILETTAGE
  HISTORIQUE
  => L'avis d'un historien
  => An historian's point of view
  => Documents
  VIDEOS
  EXPOSITIONS
  DOCUMENTS OFFICIELS
  EPREUVES DE TRAVAIL
  STANDARD DE RACE
  VOUS DITES "CHAMPIONS" ?
  COTATIONS
  POUR RECEVOIR LES INFO DE BARBET FRANCAIS
HISTORIQUE

HISTORIQUE

      Le grand barbet - 1782.

                                                                                               

                          

                        La question de l’origine d’une race est presque toujours impossible à établir. Globalement, considérons que les races de chiens sont aussi artificielles que les frontières des hommes, et partons du fait que, au Moyen-âge, c’est par le terme « barbet », signifiant barbu, qu’on désigne une version française de chien d’eau. Il s’agit de chien au poil long et frisé particulièrement bien adapté à l’eau et au climat rigoureux. Les sources écrites et iconographiques suggèrent qu’il est répandu dans les régions d’Europe occidentale intégrant des biotopes favorables aux oiseaux aquatiques : à l’époque, les zones marécageuses étaient beaucoup plus répandues qu’aujourd’hui !

On ne peut ainsi attribuer aux chiens d’eau une origine géographique précise, même si leur désignation précoce en langue française constitue un indice plus qu’un réel argument. C’est ainsi qu’on parle aujourd’hui du barbet comme du seul chien d’eau français .

 

                        Au 13è siècle, nos régions sont encore recouvertes d’immenses forêts et l’agriculture est  relativement peu développée. Par contre, la chasse occupe une grande place et est réservée à la noblesse qui possède des dogues du mâtin et peut-être des lévriers. Les chiens « barbet » sont quant à eux gardiens de troupeaux, rapporteurs et donc omniprésents dans les campagnes. Aux cours des siècles, différents types ou familles se sont formés : les épagneuls et autres « spaniels », les chiens d’eau portugais, le terre-neuve, les bergers, les griffons, les briards, les caniches …etc.
 

                        Une des mention les plus ancienne et précise du barbet se trouve dans un recueil de contes de 1580 : «  La nouvelle fabrique des excellents traicts de vérité. » du moine Philippe Le Picard. Il y évoque le « chien barbet », « le plus gaillard, le plus noble, le plus habile, le plus gentil et le mieux appris qui se puisse voir, voire quand est pour aller à l’eau et y prendre tout gibier. »

 

                         En 1694, le Dictionnaire de l’Académie Française atteste que l’expression «  crotté comme un barbet » est installée dans le langage courant ; mais on dit aussi d’un homme qui en suit un autre partout, « qu’il le suit comme un barbet. » Aux 17è et 18è siècle, il est très présent dans la littérature et l’iconographie française. Durant tout le 1er Empire, en France, la popularité du barbet est particulièrement grande au sein des régiments et de nombreux soldats emmènent leur chien en campagne. Il faut noter qu’à l’époque « caniche » et « barbet » représentaient, aux yeux de la plupart des gens, le même chien ! Pour un grognard de la Grande Armée, un grand et gros caniche bien frisé et bien crotté devenait un barbet et vice versa ; d’où une certaine confusion.

           
          Oudry , vers 1748: " Barbet attaquant des canards"

 

                         Au début du 19ème siècle, on utilisait également le barbet à bord des navires. Il servait à rapporter les oiseaux de mer que l’on tuait, ou bien tout ce qui pouvait tomber à la mer. Si son descendant le caniche connaît le succès, le rustique barbet subit au 20ème une importante désaffection. Le coup de grâce fut porté à la race par différents facteurs : - le déclin de la chasse au gibier d’eau.- la mode des chiens de chasse plus polyvalents ou anglais.- l’élégance et le raffinement des caniches.- et enfin, les exigences de son toilettage.
                                                           
            
                    
 

                          Et il faillit réellement disparaître  totalement ; il fallu attendre 1980, pour que quelques amoureux de ce chien ne fondent le Club du Barbet et autres chiens d’eau. Des « retrempes » avec le caniche et d’autres chiens d’origines inconnues  permettent de redémarrer une production qui amène en 1986, puis en 1999 à la publication officielle d’un nouveau Standard de race. Depuis, peu à peu, le grand frère du caniche a réapparu dans nos rues, nos forêts et …nos  podium.

                              amande-latt2

 

 
   
Publicité  
   
TRADUCTION  
   
91504 visiteurs (178502 hits) !
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=